Mercredi, 11h. Une journée splendide. Impatient, je découvre pour la première fois l'aéro-club de La Roche sur Yon. J'oscille entre l'exaltation et l'angoisse. En effet, je suis ici pour une activité insolite: un baptême acrobatique. Je fais la rencontre de mon pilote, Jérôme, qui me rend illico plus confiant. On commence par l'incontournable briefing. L'ambiance est relaxée. Pourtant, je sens l'angoisse qui monte à mesure que le moment tant attendu vient. Je continue de conserver un air calme mais j'ai les mains moites. Puis vient le moment d'y aller. Je mets le parachute comme un sac à dos, puis me rends à l'appareil, un Stampe SV-4, un petit avion bi-place. L'engin est à la fois léger et robuste et, comme je vais m'en apercevoir, particulièrement agile. L'intérieur est rustique. L'avion est à l'évidence pensé pour remplir un seul dessein: fournir le maximum de sensations. Lorsque je me retrouve casé dans le petit habitacle, solidement sanglé à mon siège, j'ai un peu l'impression d'avoir fusionné avec l'appareil. L'engin commence par tousser au démarrage puis rugit soudainement. Malgré mon casque, le boucan est considérable. Le pilote s'assure que mon casque micro est en état de marche (ce serait dommage qu'il ne m'entende pas crier...) puis prend de la vitesse et nous quittons le sol avant de gagner le site de voltige. Jérôme me demande si je suis prêt. Je n'ai pas le temps de terminer ma phrase que ça commence. Premier tonneau. Je reprends ma respiration et me cramponne aux bretelles, effaré. Je n'avais pas cru que les sensations seraient d'une telle violence. Mais ce n'était rien de plus qu'un avant-propos! Cloches, décrochages, vol dos... Les pirouettes s'enchaînent à toute vitesse. De temps à autre, je ne peux m'empêcher de lâcher une grossièreté. L'épreuve est un peu démente que tout ce que j'avais imaginé. Et j'avais pourtant imaginé beaucoup. A la fin, il n'y a même plus de haut ou de bas. Tous mes repères se sont évaporés et le décor et les nuages pivotent autour de l'appareil. J'ai l'impression d'être un bébé dans son berceau, observant un mobile tournoyant incompréhensible. Et soudain, c'est fini. Le monde retrouve son apparence normale tandis que nous regagnons le sol. La phase acrobatique est très courte, et cependant je suis épuisé en sortant du cockpit. Lors de certaines figures, il fallait encaisser 5G: mon corps pesait donc 5 fois plus que d'habitude ! Je peux vous dire que c'est le genre d'expérience impossible à oublier ! Le pilote calibre la force des acrobaties en fonction du ressenti, mais ça reste tout de même un pur shoot d'adrénaline. A réserver aux amateurs de sensations fortes ! Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de baptême de voltige.

 

voltige4 (3)