Il y a quelques jours, j'ai relevé un défi de taille : j'ai exécuté un premier saut en chute libre. Un fantasme assez cinglé auquel on rêve le plus souvent sans jamais trouver le temps de passer à l'acte. En même temps, le postulat de l'expérience est un peu aberrant : se lancer de son plein gré dans le vide depuis un plongeoir situé à 4000 mètres de hauteur ! Pour vivre cette folie, je suis allé à l'aérodrome de Nîmes, où on m'a mis tout de suite dans le bain : je venais à peine d'arriver que j'ai dû donner mon certificat médical (de non contre-indication à un sport aérien) et signer une décharge. Oui, c'est un sport à risque. Ensuite, direction les vestiaires où j'ai enfilé l'équipement de sécurité et pris mes lunettes de saut avec les autres participants. Et on a décollé quelques minutes plus tard à bord d'un minuscule Cessna. A huit dans la cabine, on était plutôt serrés. Mais après 20 minutes de vol, on a atteint l'altitude requise. Un moniteur a dit que c'était un bon jour pour mourir et un autre a ouvert la porte avec un grand sourire sadique. Le vent s'est immiscé dans la cabine. Un premier tandem s'est lancé pour devenir aussitôt un point minuscule. J'ai vu la cabine se vider au fil des secondes, le ventre noué en voyant la file d'attente devant moi diminuer à vue d'oeil. Finalement mon tour est venu. Je me suis retrouvé face au vide. J'ai pris une grande inspiration et j'ai pris position. Pas le temps de me poser des questions existentielles, heureusement : on a sauté tout de suite. Pendant les premiers instants, je n'ai pu m'empêcher de fermer les yeux. On roulait dans tous les sens et c'était dur de dire où était la terre. Puis on s'est stabilisés et le plaisir a été total. J'ai regardé le gars qui filmait et qui avait sauté juste après nous et j'ai fait un signe. On filait à plus de 200 km/h et le vent sifflait à mes oreilles. Soixante secondes de bonheur à l'état pur. Ca paraît bien peu, surtout pour le prix, mais ces secondes-là sont vraiment intenses. Je me suis essayé à de nombreuses expériences extraordinaires au fil des années, mais aucune ne ressemblait à celle-ci. Si vous avez le coeur bien accroché, n'hésitez pas ! Je vous mets le lien vers le site où j'ai trouvé mon baptême à Nîmes. Pour plus d'informations, allez sur le site de ce saut en parachute.

parachute4 (3)